Catégories
Actualité

Google montre comment l’internement a changé les routines des citoyens de 131 pays

La société publie une série de rapports qui reflètent les tendances des voyages dans des endroits tels que les supermarchés, les pharmacies et les lieux de travail et de résidence au cours des dernières semaines.

Rues de Pampelune totalement vides pendant la troisième semaine de quarantaine et de confinement total décrétée en Espagne à cause du coronavirus, à Pampelune

Le seul déplacement que les habitants font maintenant plus qu’avant la déclaration de l’état d’alarme est celui qui se produit dans les zones résidentielles. Cela est révélé par les tendances de mobilité publiées par Google pour collaborer avec les autorités sanitaires et les chercheurs dans le confinement du coronavirus. À l’autre extrémité de l’échelle, il y a une forte baisse des activités telles que la visite des supermarchés, des pharmacies, des parcs ou des lieux de travail.

L’objectif de ces rapports, préparés par le géant de Mountain View pour 131 pays, est de contribuer à une meilleure compréhension de la réponse des mesures de distanciation sociale mises en place face à la propagation du virus. « Ils utilisent des données agrégées et anonymisées pour surveiller les tendances des mouvements dans le temps et les zones géographiques dans différentes grandes catégories », explique Jen Fitzpatrick, vice-présidente de Google Maps, dans un article de la société, dont le plan est de continuer à augmenter le nombre de pays et de régions.

Déplacements sur les lieux de travail (à gauche) et dans les maisons (à droite) en Espagne

Source : Google

Les données collectées dans les rapports proviennent d’utilisateurs qui gardent l’historique de localisation de Google activé sur leurs téléphones, excluant ainsi de leurs comptes ceux qui ont désactivé cette fonction. En ce sens, ils précisent que les calculs proviennent d’un échantillon d’utilisateurs: « Comme pour tous les échantillons, cela peut ou non représenter le comportement exact d’une population plus large. »

Concernant l’étendue des informations partagées, la société s’assure que toutes les analyses publiées ont été préparées dans le respect de protocoles de confidentialité stricts. « A aucun moment, des informations personnellement identifiables ne seront proposées, telles que les lieux, les contacts et les mouvements d’un individu », expliquent-ils.

Pour l’instant, les informations de chaque pays sont proposées dans des documents au format PDF – non réutilisables – que l’entreprise a mis en ligne sur le site du projet, baptisé COVID-19 Community Mobility Reports . « Il s’agit d’une période sans précédent et nous continuerons à évaluer ces rapports au fur et à mesure que nous recevrons les commentaires des autorités sanitaires, des groupes de la société civile, des gouvernements locaux et de la communauté dans son ensemble », conclut Fitzpatrick.

Se rendre au travail aux Canaries (à droite) et en Galice (à gauche)

Source : Google

Dans le cas de l’Espagne, la répartition des différentes catégories de voyages étudiées par Google pour chaque communauté autonome est également incluse. Madrid enregistre, par exemple, une baisse de 94% des voyages dans les magasins et lieux de divertissement qui, avec de petites variations, est pratiquement extensible au reste des régions. Dans la section sur le trajet domicile-travail, les différences sont plus importantes, avec des baisses pouvant atteindre 66% pour les îles Canaries ou la Communauté de Valence, qui, dans le cas de la Galice, restent à 59%.

Par rapport à d’autres pays, les chiffres pour l’Espagne sont très similaires à ceux de l’Italie – les voyages dans les magasins et les lieux de loisirs ont chuté de 94% dans les deux – mais des différences plus importantes ont été enregistrées en ce qui concerne les pays dans lesquels l’impact de la Covid-19 a suivi d’autres délais. Au Royaume-Uni, cette variation est de 85%. Et l’augmentation des déplacements dans les lieux de résidence reste quelque peu timide à 15%, contre respectivement 24% et 22% enregistrés par l’Italie et l’Espagne.

Voyage dans les magasins et lieux de divertissement en Espagne (à gauche) et au Royaume-Uni (à droite)

Source : Google

Ces études partagent, du fait de leur focalisation sur le déplacement des citoyens, certaines similitudes avec l’initiative de suivi mobile lancée par le gouvernement ces derniers jours, mais elles utilisent différentes sources. Le projet géré par l’Institut national de la statistique (INE) obtiendra ses données sur les mouvements des antennes des appareils, desquelles dérivera la position des propriétaires des téléphones. Les compagnies de téléphone anonymiseront également ces données avant de les rendre accessibles au gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *